Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 21:32

mille nuances dans l'encre broyée, la rendent encore plus inaccessible que je ne le craignais... mille couleurs s'égoutent,  tâchent et se diluent dans la blancheur du papier. Je me perds dans ce gris aux expressions infinies,  je me cache dans le noir plus sombre et plus étrange encore qu'un ciel sans lune... Le blanc quant à lui, ne doute de rien, il tranche les reflets qui s'égarent dans un vide au milieu de nulle part...  Je découvre une autre façon de presser le pinceau  sur la feuille imprégnée, je relève un autre détail sur sa capacité de lâcher prise avec sa nervosité....

 

suis-je dans le noir ? suis je absorbée par la puissance du blanc ? Je ne dois ni en faire de trop, ni rester absente ... je n'ai droit à aucune hésitation... le pinceau est mon esprit, l'encre la substance informelle de mon coeur...  il faut qu'ensemble, ils trouvent l'accord parfait qui donnera naissance à quelque chose que j'ignore, mais qui appartient à tous ...

 

le temps s'affole,  j'entends le cri du pinceau qui s'exsangue, je devine la respiration du papier qui s'essouffle... se gonfle, se dégonfle, s' aspire, se rejette, se sature à l'agonie et dans une dernière quête vers la perfection ouvre tous son tressage pour l'ultime beauté du trait.

 

 

 

 

à la frontière du vide

encre et  lumière

j'ai perdu la noirceur du trait




 



Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 23:04

elle ne m'oublie jamais... prend négligemment son rendez-vous, sans que je l'y convie, épie sans aucun complexe  les moindres de mes soupçons. Me prenant par l'épaule, elle me perd dans les forêts, les plaines et les montagnes. La fragilité !!!  la fragilité !!!  quelle puissance de déraisonnement,  quel vertige d'instabilité... quelle vitalité créative,  quelle détermination élémentaire... 

Je ne peux vivre sans elle... elle ne peut grandir sans moi... Je suis l'arbre qui attend l'oiseau... elle est l'oiseau qui part et qui revient sans explication...  je suis la racine qui marche immobile,  elle est la sève entre ciel et terre...  je suis la fleur qui fâne, elle est la graine qui s'égare... je la crois loin de moi, alors qu'elle me tient fermement la main... Sans elle je ne vois  rien...  elle est ma voix qui parle aux étoiles... elle est ma main qui prend le pinceau, elle est mon regard qui découvre la pureté des couleurs... elle est le nuage dans ma tête, la forêt dans mes pieds, l'oiseau dans mon sang, la délicatesse que je cherche inexorablement dans chaque coup de pinceau... elle est le vide que je ne suis pas encore,  elle est  le plein que je vide sans cesse...

 

 

 

 

pierre à encre

le tout nouveau pinceau

ignore le goût de l'encre

 

 

 

Repost 0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 19:58

 

variation d'automne

j'habite ce soir ces couleurs

sans encre ni papier

 

 

 

 

 

couleurs en éclipse

derrière les arbres

d'autres chutes de feuilles

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 19:34

 

reprenant leur ascendance

dans la splendeur des vagues

 

 

abandonnant leur injonction dans la souplesse de l'air

 

visibles et   invisibles

 

ils nous survivront.....

 

Repost 0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 09:40


depuis de nombreuses nuits, d'inflexibles insomnies harcellent  mon  sommeil... La fatigue accumule mes incohérences  et  ronge mon bon sens... ce problème  récurrent de manque de sommeil, sonne toujours au moment où je reprends courage, comme si paradoxalement mon esprit ne s'accordait pas le droit d'apprécier ces débordements de vitalité... la montée d’adrénaline empoisonne mes veines et mes nerfs, et le sommeil attend au bord de mon lit que je veuille bien l'accueillir... je le sens si proche et totalement inaccessible que j'en perds lentement patience... Viennent alors les questions  avec et sans réponses, viennent aussi les larmes refoulées par trop de choses non exprimées, suivent ensuite, les tremblements,  les peurs inaltérables, les doutes ravageurs... les tsunami dévastateurs...


et je continue à grandir !!!

Les nuages  empesés  se fracassent désespérément sur le versant de la montagne,  déchargeant au contact de ces remparts inviolables des quantités démésurées d'eau potable. Les sentiers se transforment en ruisseaux, les chemins en rivière...

 Déséquilibré par l'acharnement de cette pluie torrentielle, le cèdre, confus, concède avec résignation, un degrès de plus d'inclinaison... Dans un dernier effort de solidarité, la brume tente de le soutenir...

 Derrière lui c'est le néant, le vide, la page blanche...

Le vent se lève et pourtant rien ne bouge...  tempête immobile...  tempête intérieur... suis-je dedans ou dehors ?.. j' oscille sans tomber...

Rangés sur la table, les pinceaux  reposent solennels à côté de la pierre d'encre...  Fidèles ils me suivent là où je vais, accompagnant, chacune de mes errances... Aujourd'hui, je les regarde, comme s'ils m'étaient devenus étrangers...  attendant  simplement que  la conversation reprennne entre eux et moi...


 

derrière le cèdre
la brume ouvre
une  page blanche

 

 

 

dernier effort de solidarité
la brume soutient
 le cédre penché

 

 

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 21:20

pinceau en poils de loup

un peu de mémoire sauvage

accroche la noirceur de l'encre

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 20:56

silencieuse

cette prière

au bord de l'eau

 

 

grenouille

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 20:35

vent froid

passant le col

avec nous

 

gelinotte des bois

 

 


Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 20:26

clair de lune

à la grandeur du cèdre

mon ombre se cache


 

paruline jaune

 


Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 20:17

puis chaque goutte de pluie

rend à la terre

ce qui lui appartient

 

 

 

 

western grèbe

Repost 0