Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:16

 eaux dormantes

les nénuphars éclosent

flegmatiques


 

... Sur la rivière verte et profonde, l'enfant assis au milieu de l'embarcation, calme peu à peu son excitation première... le silence, lui rappelé-je est  la seule condition,  d'observation possible..

 

Il faut qu'il apprenne...  

 

 nous glissons ainsi  pagayant lentement en amont de la rivière... les algues tentaculaires freinent par moment le canoë... et gênent notre  progression. D'autres fois, leur densité  arrange nos observations...

 

tapis sous les arbres, nous regardons les bébés castagneux, plonger et pêcher avec énormément d'adresse... Plus loin, encore, un martin pêcheur ...nous offre ses prouesses de grand pêcheur... Un mâle resplendissant de couleur, expose ses bleus et ses rouilles au soleil déclinant de la mi août.  Sans avoir l'air de se soucier de notre présence il plonge avec une rapidité inouïe dans l'eau et remonte sur la branche un petit poisson entre le bec...

 

 

 

du canoë

l'enfant s'émerveille

de cette immensité

 

 

devant notre embarcation

 quelques canards

sans panique 

 

 

 

reflets dans l'eau

de 3 canards

soudainement 6

 

 

puis

tous les  oiseaux 

bien plus communs... 

 

 

 

le vert de l'eau ternit

  il me prévient

de l'état du ciel

 

 

 

la journée décline, quelques nuages traversent la rivière et disparaissent dans la forêt


 

revenus à  la berge, nous décidons  de  bivouaquer au bord de l'eau... l'endroit est sombre... les arbres immenses. Ici, platanes et érables ont grandi sans contraintes... ils se sont étalés en tous sens, fléchissant leurs houppiers jusqu'au ras de l'eau...

 

à la nuit tombée , je prépare un feu, le petit bonhomme est heureux et fier d'être là...

 

  L'ombre des arbres  s'étire  de plus en plus et les bruits nocturnes commencent à se faire de plus plus intenses... Nous nous enfonçons tous deux dans nos duvets et regardons le balancement des arbres dans le ciel ... impossible de voir les étoiles la végétation est trop dense...   le petit bonhomme s'endort contre moi...

 

 

 

 ciel !

feuilles de platanes et érables jaspés

à la place des étoiles

 

 

 

 

Minuit, à quelques pas de nous, dissimulés dans les fourrés,  les premiers sangliers s'enhardissent. Ils se rapprochent  de notre campement... ils sont gros, nombreux et très proches... leurs grognements ne me rassurent guère...  je ne bouge pas... L'enfant  se réveille brutalement... manifeste clairement sa peur, mais ne pleure pas... Je me lève, rallume le feu, l'installe à côté... replis méthodiquement notre bivouac, tout en lui parlant calmemant... l'enfant est  très courageux, il m'écoute sans bouger...

 


 

nuit opaque

le faisceau de la lampe

devant mes pas

 

 

 

la remontée est raide et le chemin pas toujours facile à discerner... mais nous finissons par nous extirper de la forêt...

1 h 30, le ciel dans son immensité éclaire nos visages et notre chemin, nous sommes tous deux soulagés... les étoiles filantes  strient la nuit de leurs éclats... elles nous font la fête... elles détournent la crainte de l'enfant  rapidement émerveillé...

 

Rassurés, nous choisissons de nous installer là, sur le Causse, pour  terminer notre nuit sous la voie lactée...

 

 

 

son doigt sur les étoiles

il s'endort


 

 

nuit agitée

une petite  main se glisse

dans mon duvet

 

 

 

 6 heures du mat.

les étoiles s'éteignent

à l'Est

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

py daniel 21/08/2010 01:46



ouaoh, anna,


 


quel superbe poème :


 


" son doigt sur les étoiles


il s'endort "


 


si rare, si précieux !


bravo !


dan


 


 



Adrienneverse 20/08/2010 10:39



très émouvant.


tes écrits vont droit au coeur. dosés à point, sans trop de mots mais des mots puissants, ta poésie,  ton écriture, tes magnifiques peintures, sont de très beaux cadeaux.


as-tu écris un livre ou un recueil ?


Adrienne



veronique Dutreix 18/08/2010 21:24



Anna, ce que tu écris est formidable, je suis frustrée que cela s'arrête


que de belles choses!


continue Anna et mille merci encore


un jour peut être tu prendras peut être le temps de grouper dans un beau livre tous tes écrits!!


amitié


véronique