Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 22:15

vallée profonde, vallée lointaine sans issue... vallée taillée par l'érosion et les glaciers d'une autre époque...    il suffit d'étendre ses bras pour  en toucher les parois étroites.... Tournant et retournant à en avoir la nausée, nous grimpons vers le cul de sac, tout en cherchant un point de bivouac .

 


tant d'années et de saisons ont forcé les montagnes à se dresser en rempart vertigineux,  tant de pluie,  de neige, de vent et de froid, ont sculpté ces versants, tant de soleil, a arraché les séracs de ces hauteurs vertigineuses... que les parois de parts et d'autres de ce mince serpent de bitume, étranglent profondément la vallée... La forêt se rétrécit autour de nous. Je me sens oppressée. De village en village nous progressons vers ces dieux minéraux, ces sentinelles rigides qui ont su prendre sans ménagement, ce que les habitants de la montagne ont toujours refusé de leur donner... Dans les cimetières,  plusieurs générations d'alpinistes reposent, têtes tournées vers  la montagne...

 

Impasse !! ... se groupant en demi lune les sommets nous toisent de leurs  4000 m bien dressés. Ils  filtrent le passage des hommes les plus courageux ne laissant aucune alternative pour les autres...

 

après une nuit au bivouac difficile, nous empruntons au lever du jour un sentier escarpé, pour un sommet de moindre importance... La dénivélée n'est pourtant  pas négligeable et il faut s'accrocher au rocher... mais arrivés au sommet, l'impression de nous  rapprocher d'un sanctuaire immuable, nous donne la force d'ouvrir les yeux sur cette beauté glacée qui nous aveugle...

 

sur un éperon rocheux, on perçoit tout juste le refuge presque  inaccessible du versant sud de la Meije... il faut grimper pour aller passer la nuit dans ce nid d'aigle... c'est la condition nécessaire,  m'explique mon compagnon,  pour réussir  à gravir cette rebelle. Peu bavard et économisant son souflle il me raconte en traçant dans le ciel, le topo de l'ascension de la Meije, dont il se souvient du moindre détail...

 

 

 

 

dans le cimetière

quatre générations de guides

sous la pluie

 

 

 

resteras-tu près de moi

cette nuit

 petite myosotis

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires