Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 16:47
quelques fleurs et des étoiles ... à plus de 2200 m d'altitude... n'entendre que le silence de la nuit et quelques cloches de vaches dans la vallée ... la  solitude prend alors un rythme bien particulier... elle ne s'associe à rien et se perd dans le temps, sans repère... le danger est éminent... danger de vouloir rester là... suspendue entre vallées et sommets vertigineux... danger de ne plus savoir ce qui est important... la tête  me tourne...

allongés dans nos duvets... emmitouflés de vêtements chauds, nous oublions la chaleur qui terrasse le reste du monde... et nous regardons simplement le ciel devenir immense...

sous nos corps endoloris le battement de la montagne se fait plus compréhensible...


chaque fleur puise sa force dans l'âpreté de cette terre rugueuse... La neige  a fondu depuis peu, laissant derrière elle cette odeur étrange et lavée que l'automne rappellera très rapidement ...

les cols dominent les vallées et d'autres chaînes apparaissent à l'infini...

le minéral nous absorbe...
l'immensité du ciel ronge nos pupilles

les yeux plissés j'essaie de voir le moindre signe de vie ...Mais tout brûle de vent, de froid, de chaud ... de lumière...

et Il avance devant moi... lentement... de son pas rassurant...

ma hanche me fait mal... mais je veux l'ignorer... elle ne doit pas m'empêcher de monter


quelques mètres derrière ... je le suis ... Mais c'est lui surtout, qui est patient ...


une à une, les pierres se  détachent de la montagne et roulent  dans la pente ... butent sur les précédentes, vieilles d'une saison ou d'un orage...  ralentissent la marche et calme le flux d'absurdité qui encombre mes pensées ...


.. les images se pressent contre mon ventre et les yeux ne veulent retenir que les couleurs forcées des fleurs, en urgence de rotation... le vol majestueux et discret des aigles et des vautours ... le sifflement  des craves à bec rouge dans les parois rocheuses ...et les chamailleries des chocards... pendant  que le petit traquet motteux dissimule ses camaïeux dans la tristesse des pierres grises ...


.... ! ... ! .... ! ....


pourquoi ...mais pourquoi donc ... devons-nous toujours revenir de ces échappées ??




les rhododendrons sont fanés
sous les mélèzes
le vert tendre des aiguilles














Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mohe 19/08/2009 22:51

très beau, ce haïbun, anna...on voudrait être là, et voir et sentir tous ces merveilles, nous aussi - mais grâce à ton texte, nous y sommes un peu. Je te comprends tellement de ne pas vouloir en revenir dans les vallées de cette vie "quotidienne" ... Merci !Monika

fabeli 18/08/2009 22:09

Revenir pour témoigner, pour partager et ensuite se rassembler pour repartir, encore...